Vocabulaire : La France entre deux guerres

samedi 9 octobre 2004
popularité : 5%

Antiparlementarisme : Opposition au rgime parlementaire.

Droite : Les dputs qui sigent droite du prsident et qui appartiennent traditionnellement des partis conservateurs.

Front populaire : Alliance de 3 partis de gauche : communistes, socialistes et radicaux.

Gauche : Les membres d’une assemble politique qui sigent la gauche du prsident et professent des ides avances, progressistes. L’opposition de la droite et de la gauche est une tradition politique ne en France sous la Rvolution.

Le 11 septembre 1789, alors que l’Assemble constituante, encore tablie Versailles, dbattait de la question du veto accorder au roi dans la future Constitution, les partisans du roi (partisans d’un veto absolu et donc d’un excutif fort) se grouprent droite du prsident de sance. Les partisans opposs au roi ( partisans d’un veto seulement suspensif) se grouprent gauche. A l’origine, la gauche et la droite s’opposrent pour ou contre la rvolution et les principes de 1789.

La gauche dnona la collusion de la droite avec le rgime de Vichy, mais c’est de la Chambre du Front populaire que Ptain obtint les pleins pouvoirs en juillet 1940.

Ligues  : organisations d’extrme droite, violemment opposes la rpublique parlementaire, les Croix de Feu (300 000 membres en 1935, souhaitent renforcer le pouvoir excutif), l’Action franaise (qui veut restaurer la monarchie). Elles ont en commune la haine de la rpublique parlementaire (refusant les lections, le dbat dmocratique, la vie parlementaire). Elles sont anticommunistes, xnophobes et souvent antismites. Elles sont proches du fascisme et veulent un Etat fort et autoritaire.

Communisme : Systme politique prnant une organisation conomique et sociale fonde sur la proprit collective des moyens de production.

Parti radical : Le radicalisme est n en Angleterre la fin du XVIII eme s. (en 1797, avec Charles James Fox, adversaire de Pitt). La conqute du suffrage universel et l’abolition des privilges de l’oligarchie dirigeante restrent, pendant tout le XIX eme s, l’objectif du radicalisme anglais.

En France, c’est au dbut de la monarchie de Juillet qu’on qualifia de radicaux les rpublicains intransigeants qui voulaient une dmocratie. Un nouveau radicalisme apparut vers 1860, dans l’opposition rpublicaine au second Empire. Il tait reprsent par des hommes qui jourent un grand rle dans les dbuts de la III eme Rpublique (Gambetta, Clmenceau...) La principale revendication de ce radicalisme tait toujours le suffrage universel, alors dtourn par le pouvoir personnel.

Les radicaux montraient beaucoup de mfiance l’gard des thories socialistes et ils dfendaient la proprit individuelle comme garantie de la libert du citoyen. Leur doctrine tait le positivisme : foi dans la science, morale laque. En 1869, Gambetta proposait l’application la plus radicale du suffrage universel , la libert de la presse, la libert d’association, la sparation des Eglises et de l’Etat, l’instruction primaire gratuite, laque et obligatoire, la suppression des armes permanentes...

Le radicalisme apparaissait comme l’expression politique du courant positiviste, rationaliste, scientiste du XIXe s.

Au dbut du XX e s., les radicaux occupaient au centre de la Chambre des dputs une position privilgie et sa participation la majorit tait souvent indispensable.

Les radicaux devaient porter la principale responsabilit de la politique qui avait conduit des accords de Munich l’effondrement militaire et l’abdication de la IIIe Rpublique. Le 10 juillet 1940, lors de la runion de l’Assemble nationale Vichy, 13 dputs radicaux seulement sur 111 votrent contre l’attribution des pouvoirs constitutionnels au marchal Ptain.

Cependant, les principaux dirigeants du parti devaient adopter une attitude nettement hostile au rgime de Vichy. Daladier et Herriot furent arrts, Jean Zay assassin par la Milice.

Socialisme : Doctrine hostile au capitalisme, aux injustices engendres par la libre concurrence et le laisser-faire. Le socialisme prconisait une rforme radicale des institutions conomiques en vue d’assurer la rpartition la plus gale possible des richesses.

Le socialisme s’est d’abord labor en France, qui tait depuis la fin du XVIIIe sicle, le grand foyer des ides politiques rvolutionnaires, et en Angleterre, o la rvolution industrielle tait plus avance et o la misre ouvrires tait aussi plus grave dans la premire moiti du XIXe s.

La dclaration des Droits de l’homme et du citoyen (1789) avait proclam que tous les hommes taient gaux, mais cette galit purement politique, qui laissait subsister l’ingalit des fortunes, avait permis la bourgeoisie enrichie par l’achat des biens nationaux, de mieux tablir sa prminence conomique et sociale en face d’une classe ouvrire qui s’tait vue priver du droit de grve avec Napolon Ier.

Aprs l’crasement du mouvement ouvrier lors de la rvolution de 1848, le socialisme dclina au profit de l’anarchisme ou du communisme de Marx et Engels (Manifeste du parti communiste publi Londres en 1848 par Marx et Engels).

La rvolution sovitique de 1917 provoqua dans presque tous les pays un clatement des partis socialistes. Alors qu’une partie, gnralement minoritaire, des militants se ralliait au bolchevisme et constituait, sous la direction de Moscou, des partis communistes, les partis socialistes protestaient contre la terreur employe en Russie par Lnine et Staline. Ils demandaient le respect de la personne humaine et des liberts dmocratiques.

Rgime parlementaire : rgime politique dans lequel le pouvoir excutif est intimement associ au pouvoir lgislatif et souvent subordonn lui.

Troisime Rpublique : Rgime sous lequel vcut la France du 4 septembre 1870 au 10 juillet 1940. La IIIe Rpublique fut fonde par la rvolution du 4 septembre qui clata Paris la nouvelle de la capitulation de Sedan. Aprs la dfaite de juin 1940, la IIIe Rpublique se suicida lorsque ses parlementaires, runis en Assemble nationale Vichy le 10 juillet 1940, votrent par 569 voix contre 80 et 17 abstentions la dlgation de tous les pouvoirs au marchal Ptain.

Personnages connatre :

Lon Blum (SFIO)

Edouard Daladier (radical)

Maurice Thorez (communiste)

Jean Renoir


Liens utiles

 

Guide 3e